Expo La Courneuve loin des clichés

Ras-le-bol de la banlieue. Overdose des images de dealers dans l'ombre, des flics dans les recoins. Six mois après une campagne présidentielle axée sur l'insécurité, on ne peut plus voir en peinture ces clichés derrières lesquels finissent par disparaître les habitants des cités. On croit les connaître à force de reportages-chocs. Et on se trompe. Voilà ce qui frappe d'abord dans le travail de Pascaline Marre (photographe) et de Gaële Braun (dessinatrice) :un an durant, elles ont peint et photographié chez eux cent habitants de La Courneuve. Résultat : des portraits tranquilles, une intimité partagée, bref un regard neuf sur des êtres humains ayant pour seul point commun d’habiter dans un lieu qu'ils n'ont pas choisi. Tendre et respectueuse, l'exposition «rencontres à domiciles» apporte un souffle d'air frais dans un monde saturé par les mauvaises odeurs sécuritaires.

Dorothée Werner